Archives par étiquette : fonds d’atelier

Gérer les fonds d’ateliers, apport de l’archivistique à la pratique muséale

Les artistes ou leurs ayant-droits ont parfois la générosité de léguer à nos institutions publiques leurs fonds d’ateliers. Œuvres et objets personnels, outils et matériaux, toiles, pierre et pigments côtoient souvent livres et correspondance, photographies et notes manuscrites. Le fonds d’atelier regroupe donc des éléments divers, archives de toute nature, traces de la vie et de l’activité créatrice de l’artiste, de ses amitiés et de son réseau, de ses références littéraires et philosophiques etc… Le personnel scientifique peut se trouver dans des cas de figure face à ces ensembles, bien différents selon qu’il a pu ou non intervenir en amont, en liaison avec l’artiste ou ses ayant-droits, qu’il a pu à défaut visiter l’atelier ou participer à l’enlèvement du fonds, ou qu’il aborde, après plusieurs années, des archives délaissées ou pire malmenées par des usages peu respectueux de l’ordonnancement initial du fonds. Comme souvent, la méthodologie employée – ou non – au moment de la collecte influe voire conditionne les traitements ultérieurs, de même que les usages successifs qui sont à l’œuvre au fil des années. 

Méthodologie de la collecte

La situation idéale pour l’archiviste est toujours celle qui lui permet d’intervenir directement sur place, dans l’atelier, en liaison avec l’artiste ou un ayant-droit direct, ou encore au moment ou très peu de temps après le décès de l’artiste. Il pourrait ainsi effectuer un relevé systématique de la composition de l’atelier, tous éléments confondus. Mais force est de constater que les conditions sont rarement remplies pour ce faire, quand bien même la décision de legs à une institution est bel et bien confirmée ante mortem. A la respectueuse période de deuil et au délai nécessaire au règlement des affaires s’ajoutent des temps de latence propres à ces situations. Le temps entre le décès, la confirmation puis la réception du legs et enfin la prise en charge effective du fonds d’atelier par l’archiviste peut ainsi être important et constitue un intervalle risqué pour les œuvres comme pour les archives. Cependant si les œuvres sont en général assez rapidement inventoriées, les archives constituent souvent une zone de flou. On note ainsi que le premier acte mentionnant les « papiers et souvenirs, livres, documents, archives personnelles » d’Ossip Zadkine date de 1979, alors que l’artiste a rédigé un acte de donation à son épouse Valentine Prax en 1964 et qu’il est décédé en 1967. Ce n’est qu’à l’occasion de la rédaction de son testament olographe le 18 août 1979 que Valentine Prax les évoque, s’agissant avant tout de préciser que ces éléments devront « être conservés pour le musée » que la Ville de Paris s’est engagée à créer après l’importante donation d’œuvres qu’elle avait consentie dès 1978.

Continuer la lecture