Comment évaluer un fonds d’archives : quelques propositions.

C’est à l’occasion de plusieurs séances du groupe Archives privées du réseau Archives en musées que la question de l’évaluation des archives a été soulevée, régulièrement et sur deux registres distincts mais interrogeant la même capacité -la même légitimité ? – à fixer un prix. Le premier registre ressort de l’acquisition des archives, qu’il s’agisse de pièces isolées ou de fonds dans leur entier. Le second registre ressort de la nécessité de fixer une valeur d’assurance à des objets qui de par leur nature d’originaux uniques ne sont de toute façon pas remplaçables.

Cette question de l’évaluation des archives est à la fois récurrente dans notre quotidien et nos discussions de professionnels et peu présente dans la littérature professionnelle récente : si le numéro 216 (2009-4) de la Gazette des archives porte le titre Chiffrer et évaluer les archives, il s’attache surtout à des évaluations de coût en matière de politique publique des archives (collecte, conservation, bonne gestion des archives publiques, coût en cas de mauvaise pratique). Les archives privées ont elles fait l’objet d’un numéro 201 (2006-1) qui s’intéresse à leur importance historique (cf l’article de Christine Nougaret ; L’intérêt des archives privées pour l’histoire), de même que la collecte des archives avec le numéro 202 (2006-2) Autour de la collecte des archives  (lire notamment l’article de Vincent Doom L’évaluation scientifique des archives, principes ou stratégies). Cependant pour mettre un prix sur un document ou sur un fonds, pas de méthodologie, pas de référentiel disponible.

Au cours des séances qui ont donné lieu à l’élaboration du vademecum dédié aux Archives privées dans les musées (prochainement disponible), plusieurs pistes relevant de nos expériences avaient donc été abordées, il s’agit ici d’en établir une première synthèse qui porte :

  • sur l’évaluation scientifique du fonds
  • sur la connaissance du contexte du marché
  • sur l’analyse du fonds lui-même
  • sur le contexte de l’acquisition.

Continuer la lecture